Installer une pompe à chaleur comme système de chauffage principal ou en complément d’un chauffage d’appoint apparait aujourd’hui comme la solution idéale pour de nombreux propriétaires, dans une quête d'économies d'énergies. Elle est en effet efficace pour chauffer et climatiser l’intérieur des logements, et consomme beaucoup moins que le fioul ou le gaz.

Le marché propose une multitude de modèles différents. Il est donc normal de se poser de nombreuses questions. Faut-il installer une pompe à chaleur aérothermique ou bien utiliser la géothermie ? Tous les modèles sont-ils efficaces pour le chauffage et le rafraîchissement ? Faut-il opter pour une pompe hybride, simple, ou encore réversible ?

Dans cet article, nous vous présentons tous les types de pompes à chaleur, afin de vous aider à y voir plus clair.

Pourquoi choisir une pompe à chaleur en 2023 ?

Le système de chauffage privilégié par l’ADEME

Le fonctionnement d'une pompe à chaleur se base sur l'électricité et sur les énergies renouvelables, telles que l'air, l'eau, ou encore la chaleur géothermique. Sa notation en termes d'émissions de CO2 est excellente. Il est donc pas étonnant que l'installation de pompe à chaleur soit la recommandation phare de l'ADEME pour l'amélioration des performances énergétiques des logements. 

Il s’agit en effet du système de chauffage qui vous permettra d’optimiser la notation de votre DPE.

En outre, la pompe à chaleur peut s’adapter à tout type de logement, ce qui n’est pas le cas de tous les équipements de chauffage. Il est en effet possible de l’installer en maison individuelle, mais également en appartement.

Des performances énergétiques déterminantes pour les propriétaires-bailleurs

Comme nous venons de le voir, la pompe à chaleur permet d'améliorer considérablement le score des DPE des logements anciens. Les propriétaires-bailleurs ont donc tout intérêt à privilégier ce système, sous peine de ne plus pouvoir louer. Il est en effet bon de rappeler que la réforme des DPE interdit progressivement la location des passoires thermiques, depuis le début de l'année 2023, et jusqu'en 2034. Les biens classés G, F, puis E, sont donc retirés du marché locatif les uns après les autres.

Des économies d’énergie importantes et des aides au financement

La pompe à chaleur permet de faire de belles économies d’énergie et de réduire considérablement la facture de chauffage. L’ADEME estime que ce système peut réduire jusqu’à 75% de la consommation énergétique. Pour cette raison et pour toutes celles que nous venons de citer, plusieurs aides financières sont disponibles. Nous les listerons à la fin de cet article.

Les différents types de pompe à chaleur

Les pompes à chaleur air-air et air-eau

Les pompes à chaleur air-air et air-eau sont appelées des pompes à chaleurs aérothermiques. Elles utilisent de l’électricité, afin de puiser les calories de l’air extérieur pour chauffer les logements. Bien que leur principe de fonctionnement de base soit similaire, ces deux modèles présentent des différences notables.

Les PAC air-air se placent à l’extérieur du logement et se relient à un boitier intérieur similaire à celui d’une climatisation. Elles utilisent des graines de soufflage ou un ventilo-convecteur pour diffuser l’air extérieur dans l’habitation. Il s’agit d’un système par air pulsé.

Les PAC air-eau sont quant à elles reliées au réseau de chauffage central, par des radiateurs à eau ou bien par un plancher chauffant. Contrairement aux PAC air-air, les pompes à chaleur air-eau sont reliées au système de production d'eau chaude. Elles sont donc capables de chauffer un ballon d'eau chaude sanitaire.

Lorsque l'on compare les différentes caractéristiques des deux modèles, on constate que la pompe à chaleur air-eau est plus avantageuse. Son coefficient de performance (COP) est en moyenne supérieur, et le confort en hiver semble meilleur. De plus, l'installation de ce type de pompe à chaleur est prise en charge par certaines aides financières. 

Les pompes à chaleur sol-eau et sol-sol

Aussi appelées pompes à chaleur géothermiques, les PAC sol-eau et sol-sol puisent la chaleur dans les sols. Elles fonctionnent à l’aide de capteurs horizontaux ou verticaux implantés dans les sols. Ces équipements nécessitent donc d’avoir un terrain suffisamment vaste pour que l’installation se déroule sans problème. En outre, l’efficacité de ce type de pompes dépend grandement de la nature du sol sur lequel se trouve le logement à chauffer.

La pompe à chaleur géothermique a cependant l’avantage d’être performante toute l’année, même pendant les mois les plus froids. Les modèles air-air ont au contraire plus de mal lorsque les températures extérieures chutent drastiquement.

Les pompes à chaleur eau-eau

Les pompes à chaleur hydrothermiques, ou PAC eau-eau puisent leur énergie dans l’eau. Elles peuvent s’adapter aux terrains qui possèdent un point d’eau suffisamment vaste. Notez cependant qu’elles présentent des contraintes que les autres modèles n’ont pas.

Elle n’est en effet compatible qu’avec un plancher chauffant ou des radiateurs basse-température. En outre, l’installation d’une pompe à chaleur hydrothermique nécessite l’autorisation administrative de la mairie de votre commune.

Quelles aides, primes et subventions pour financer une pompe à chaleur ?

L’installation d’une pompe à chaleur (hormis la pompe à chaleur air-air) est éligible à plusieurs primes et aides de l’État. Notez que seul un professionnel garant de l’environnement (RGE) peut prendre en charge les travaux. Vous pouvez notamment bénéficier de :

  • L’éco-prêt à taux zéro, pour l’installation d’une PAC air-eau ou à capteurs enterrés
  • Ma Prime Rénov, pour les logements de plus de 15 ans
  • Les aides de l’Anah, sous forme de primes et d’accompagnement professionnel
  • Un crédit d’impôt pour la transition énergétique
  • La prime CEE, cumulable avec Ma Prime Rénov
  • La prime Coup de Pouce Chauffage pour l’installation d’une pompe à chaleur hybride, air-eau ou eau-eau
cliquer pour afficher plus du text