Gérer

L’état des lieux, un passage obligé


Que votre locataire arrive ou qu’il quitte le logement, réaliser ensemble un état des lieux reste une étape incontournable.

Remettre les clés d’une habitation à votre locataire ou les récupérer ne peut se faire sans passer par la case « état des lieux ». Indispensable, cette étape peut préfigurer de bonnes relations entre vous. Mode d’emploi.

Votre locataire arrive

Vous louez un logement vide ? L’état des lieux d’entrée s’impose à vous et constitue une étape primordiale de la location. Si vous vous en occupez vous-même, procurez-vous un modèle de ce document dans une librairie spécialisée, voire sur Internet (parfois gratuit). Comme son nom l’indique, il permet de constater l’état du logement que vous allez louer. Il décrit, pièce par pièce, du sol au plafond, l’état des peintures, des papiers peints, de la moquette, du parquet, des carrelages, des huisseries, des équipements de cuisine et de salle de bains…

À noter :

"Si vous faites appel à un professionnel pour réalisez l’état des lieux, ses honoraires vous incombent. En revanche, si vous ne parvenez pas à vous mettre d’accord avec votre locataire sur l’état du logement, déléguez cette tache à un huissier. Ses honoraires seront alors partagés entre les deux parties, votre locataire et vous-même."

Votre locataire part

Lorsque votre locataire vous donne congé, il suffit d’établir un état des lieux contradictoire, c’est-à-dire qui permet d’effectuer une comparaison entre l’état de votre logement au début et à la fin de la location. Si vous ne constatez aucune dégradation, vous restituerez le dépôt de garantie versé par votre locataire à la signature du bail.
Par contre, si des dégâts ont été causés, vous pourrez déduire les sommes nécessaires aux réparations.
Sous condition de justification.

Si votre locataire refuse l’état des lieux d’entrée, il sera présumé avoir pris possession d’un logement en bon état.