Gérer

Investir au prix juste du marché immobilier

Quelles sont les clés pour s’assurer du montant réel à investir lorsqu’on acquiert un bien ? Le prix selon ceux pratiqués sur le marché, et le prix global de l’acquisition.

L'achat par un seul partenaire, peu protecteur pour l'autre


Si investir dans l’immobilier vous tente, vous devez savoir 2 choses. D’abord que vous devez payer un bien à sa valeur réelle, et pas davantage. Ensuite, qu’au prix de vente s’ajoutent des frais annexes.

Selon le marché


Tout d’abord, renseignez-vous sur les prix d’acquisition pratiqués dans la ville où vous envisagez d’acheter. Nous vous conseillons de ne pas vous fier uniquement aux annonces immobilières car les prix indiqués y sont parfois surévalués.
Interrogez également deux ou trois professionnels et recoupez leurs informations. La valeur d’un bien dépend de multiples critères : renommée du quartier, qualité de l’immeuble, étage et exposition… D’un immeuble à l’autre, les écarts sont parfois très sensibles.

À noter :
"Les frais liés au crédit. Si vous souscrivez à un emprunt, évaluez bien vos frais de dossier, de garantie (hypothèque, privilège du prêteur de deniers ou caution mutuelle), la prime d’assurance décès-invalidité, incapacité, les intérêts intercalaires, le cas échéant.
Si vous passez par un professionnel, il vous appartient aussi de payer sa commission. Son montant est libre, mais il peut se négocier."

Les autres frais


De nombreuses dépenses s’ajoutent au prix de vente du bien. Les « frais de notaire » en font partie. Ils regroupent deux sortes de frais : la rémunération du notaire, les taxes prélevées par le fisc.
Le notaire perçoit des émoluments établis selon un barème réglementé. Les taxes sont prélevées par le notaire pour le compte du fisc.

Dans le neuf, la TVA (réformée depuis le 11 mars 2010, cf exergue), est reversée au Trésor public. S’y ajoute une taxe de publicité foncière (0, 715 %).

Dans l’ancien, vous débourserez des droits d’enregistrement (5,09 %). Ces frais se cumuleront avec ceux relatifs à la contraction d’un crédit (voir encadré).

Le régime de la TVA immobilière a été modifié par la loi de Finances rectificative pour 2010, cette mesure est entrée en vigueur le 11 mars 2010 ».