Acheter

Développement durable : maison en bois ou ossature bois

La maison en bois trouve peu à peu sa place sur le marché hexagonal de la maison individuelle. Son surcoût est compensé par sa rapidité de construction, ses bonnes performances thermiques et ses nombreuses vertus écologiques.
Environ 5 % des maisons neuves sont aujourd’hui en bois. C’est peu, mais la place de ce matériau « vert » progresse tant pour la construction que pour la rénovation

Un matériau écologique qui s’adapte à toutes les architectures



Si vous souhaitez jouer la carte du développement durable, la maison en bois est faite pour vous. C’est un matériau naturel et écologique qui se renouvelle rapidement. En effet, contrairement à une idée reçue, les forêts européennes se portent bien et, c’est de là, que viennent la majorité des ossatures des maisons en bois. En revanche, les menuiseries ou terrasses sont, elles, souvent construites dans des essences exotiques. Mieux vaut vous rabattre sur des essences « locales » ou vérifier la provenance de celles que l’on vous propose. Cela vous permettra de vous assurer qu’elles n’ont pas été importées illégalement. Les chantiers des maisons en bois sont aussi plus respectueux de la nature : ils ne consomment pas d’eau et sont économes en déchets et en nuisances sonores. Autre atout «vert» : même coupé, le bois continue de stocker du CO2 grâce au processus de photosynthèse. On estime ainsi que 1 m³ de bois emprisonne 1 tonne de CO2.Autre idée reçue, opter pour le bois, ne vous condamne pas à vivre dans la réplique d’un chalet savoyard ! Il existe en effet, deux grandes techniques de construction. La première, la maison en bois massif empilé se caractérise par l’omniprésence de ce matériau tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du logement ; c’est d’ailleurs le procédé utilisé pour le fameux «chalet ». Mais, la deuxième, la maison à ossature bois, s’appuie sur une structure composée d’épaisses poutres de bois entre lesquelles sont glissés des matériaux isolants (laine de verre, de roche ou parfois des isolants plus naturels tels que le chanvre) et s’adapte à toutes les architectures….y compris les plus contemporaines !

Une source d’économie d’énergie



Combiné avec une isolation traditionnelle (laines minérales, etc.), le bois se révèle un isolant hors pair. A l’usage, une construction en bois consommera de 20 à 30 % d’énergie en moins qu’une construction traditionnelle. Des performances qui lui permettent de respecter aisément, voire de dépasser, les performances exigées par la réglementation en vigueur aujourd’hui (la Réglementation Thermique 2005).

Un surcoût compensé par un gain de place et de temps.



Ne disposant pas encore de procédés de construction à grande échelle, la construction d’une maison en bois revient environ 10 à 15 % plus cher qu’une maison « traditionnelle ». Mais, ce surcoût est rapidement compensé. Ainsi, pour une isolation comparable, les murs d’une maison en ossature bois seront environ 40 % moins épais que ceux d’une construction « traditionnelle ». Ce qui permet au final, de gagner environ 5 % de surface habitable. Des mètres carrés précieux si vous êtes soumis à un cos (Coefficient d’occupation des sols) contraignant puis, ultérieurement, au moment de la revente.

Par ailleurs, une maison en bois bénéficie d’une mise en œuvre particulièrement rapide. Préfabriqués en atelier, les éléments sont ensuite transportés sur le chantier pour y être assemblés. Ce qui réduit considérablement les contraintes de construction, notamment celles liées aux aléas climatiques. De plus, le bois n’a pas besoin, comme le béton, d’un temps de prise et de séchage. Au final, une maison bois mettra de 4 à 5 mois à se construire….contre le double pour une maison « traditionnelle ». Une rapidité qui vous évitera par exemple, les frais d’un crédit relais ou, si vous êtes locataire, qui vous permettra d’économiser quelques mois de loyers.

Sur un bâtiment existant, le bois pour isoler ou rénover.



Lorsque l’on souhaite isoler une maison ancienne, il est recommandé de le faire par l’extérieur. Ce procédé a un double atout. D’une part, il est efficace car il supprime les ponts thermiques et, d’autre part, il vous permet de préserver votre surface habitable. Vous pouvez encore renforcer la performance thermique de votre maison en recouvrant l’isolant d’un bardage en bois. En fonction du style que vous souhaitez imprimer vous aurez le choix entre : bardage horizontal ou vertical, peinture ou lasure ou encore l’option de laisser l’ensemble à l’état « brut ». Attention, ces travaux nécessitent toujours le dépôt d’une déclaration préalable en mairie. L’entretien ultérieur dépendra de l’option retenue. Laissé « brut » votre bardage ne réclamera aucun soin particulier. Peint ou lasuré, il nécessitera un entretien régulier. Celui-ci s’avèrera toutefois plus rapide et moins coûteux qu’un ravalement « traditionnel ».

Enfin, le bois est aussi de plus en plus fréquemment utilisé pour agrandir une maison. Là aussi, sa rapidité de mise en œuvre et ses faibles nuisances sont appréciées.

Une maison en bois est deux fois plus rapide à construire qu’une maison traditionnelle.