Acheter

Budgéter son achat : Les apports

Avant de vous lancer dans un achat immobilier, faites vos comptes et réunissez une épargne qui servira d’apport personnel. Ces sommes vous permettront de participer financièrement à votre acquisition. Plus cette participation sera forte, meilleures seront vos capacités de négociation avec votre banquier.


Même s’il est aujourd'hui possible d’emprunter sans apport personnel, les banquiers apprécient les acquéreurs qui disposent d’une épargne minimale qu’ils mobilisent pour financer leur achat immobilier. D’autant plus qu’un apport aide au montage de l’opération de financement.

L’apport personnel : à quoi sert-il ?


L’apport personnel qui sert à financer l’achat d’un logement provient souvent d’une épargne personnelle déjà constituée et dans laquelle vous piochez.

En général, il est admis que le montant minimal à mobiliser doit correspondre aux frais de notaires. Toutefois, les banques apprécient les candidats emprunteurs qui disposent de 10 % à 30 % du prix d’achat du logement qu’ils souhaitent acquérir.

L’apport personnel : d’où vient-il ?

Un apport personnel peut provenir de différentes sources. Il peut s’agir :
- du produit de la vente de votre précédent logement,
- d’une donation de la part de vos parents ou grands-parents (lien),
- de sommes reçues lors d’une succession,
- d’un déblocage anticipé de votre épargne salariale (lien)
- ou encore de placements sur lesquels vous avez épargné en vue de devenir propriétaire.

Il faudra alors les solder pour récupérer l’argent placé et vous en servir pour constituer votre apport. Attention, bien constitué, l’apport ne doit ni déséquilibrer votre budget ni trop puiser dans votre épargne.

À noter
Ne mobilisez jamais tous vos placements pour devenir propriétaire, il faut toujours conserver suffisamment d’épargne pour faire face à une dépense imprévue.

L’apport personnel pour mieux négocier


Sachez qu’un banquier vous prêtera plus facilement si vous disposez d’un apport. Cela prouve à la fois le sérieux de votre démarche, mais aussi le fait que vous avez été capable d’épargner et que n’êtes pas une « cigale » qui dépense sans compter. En toute logique, si votre apport est important, le banquier sera plus ouvert à la négociation et vous consentira plus facilement un crédit à un taux intéressant.