Acheteur

24/06/2021

Vous avez décidé de vous lancer dans votre premier projet d’achat immobilier ? Si l’aventure est belle, il ne faut pas pour autant oublier de se poser les bonnes questions, au risque de le regretter par la suite. Afin de vous aider à ne pas précipiter cette phase de réflexion et de préparation essentielle à la réussite de votre acquisition, voici nos conseils.

 

Est-ce le bon moment d'acheter ?

Le prix des logements dans le secteur géographique souhaité :

il est très simple de récolter des informations sur le marché immobilier local et d’avoir une idée de l’offre actuelle sur un secteur géographique. Vous pouvez :

  • consulter les annonces immobilières en ligne ou dans la presse ;
  • récolter des données en agence ou chez votre notaire.

Vous aurez ainsi une idée de la faisabilité de votre projet par rapport à votre budget.

Notre conseil : vous pouvez comparer le niveau actuel des prix des biens d’un secteur géographique donné par rapport aux données historiques (en consultant site de l’INSEE par exemple), ou encore le prix moyen au mètre carré. Vous saurez ainsi si les tarifs des logements proposés à la vente sont surévalués ou au contraire sous-évalués. Dans le premier cas, il vous sera plus facile de négocier, et dans le second cas, vous pourriez réaliser une bonne affaire.

Achat dans le neuf ou dans l’ancien ?

Les deux ont des avantages et des inconvénients. Par exemple, les logements anciens ont souvent plus de charme, là où les biens neufs vous permettent d’occuper les lieux sans avoir à réaliser de travaux.

Notre conseil : la zone géographique choisie et votre budget seront probablement des facteurs déterminants dans votre choix. En effet, les biens anciens sont souvent situés dans des secteurs recherchés et les biens neufs sont généralement plus onéreux à l’achat.

 

Quel bien immobilier acheter ?

Acheter pour y vivre ou pour mettre en location ?

Le choix du logement dépend non seulement du prix des biens (avez-vous les moyens d’acheter ?), mais aussi de votre projet immobilier.

  • Si vous comptez le mettre en location, vous devez choisir un bien qui se louera facilement (par exemple en centre-ville ou encore proche des infrastructures telle qu’une université, une école etc.).
  • Si vous comptez habiter le bien mais que vous envisagez de le quitter après quelques années, nous vous recommandons de prévoir en amont la possibilité de le mettre en location ou de le revendre sans perte financière.

Notre conseil : n’hésitez pas, selon votre situation, à solliciter un avis financier auprès de votre banquier, de votre comptable ou encore de votre agent Square Habitat.

Les critères du logement :

Lister les éléments à étudier avant même de visiter les biens est nécessaire

  • De quelle surface totale avez-vous besoin ? Combien de pièces sont nécessaires ? En cas d’achat d’une maison, une mitoyenneté est-elle envisageable ? Doit-elle être de plain-pied ou sur étages ?
  • Souhaitez-vous un espace extérieur ? Si oui, de quelle superficie ? Avez-vous besoin d’un parking ou d’un garage ?
  • Êtes-vous d’accord pour effectuer des travaux ? Si oui, dans quelles proportions et selon quel budget ?

Notre conseil : plus vous affinerez vos besoins, plus votre recherche sera efficace ! Vous éviterez ainsi de perdre du temps en effectuant des visites inutiles.

 

Avez-vous les moyens d'acheter ?

Il est nécessaire de savoir si votre budget correspond à l’achat que vous souhaitez réaliser.

Pour avoir une idée précise de votre capacité financière, vous disposez de 3 leviers :

  • Votre apport personnel : il s’agit de la somme que vous allez pouvoir apporter en complément d’un prêt immobilier.
  • Un crédit immobilier : il vous sera accordé si votre « reste à vivre» (c’est à dire la somme qu’il vous reste après avoir payé les futures mensualités de prêt et vos éventuels crédits en cours) est supérieure à 67 % de vos revenus.
  • Des aides financières : en tant que primo accédant à la propriété, il existe des dispositifs de prêts dont vous pouvez bénéficier, comme le Prêt à Taux Zéro (PTZ).

Notre conseil : n’hésitez pas à utiliser des calculettes de capacité d’emprunt en ligne ou à demander votre capacité financière à votre banquier. Notez que plus votre apport personnel est important, plus les banques seront disposées à vous accorder un crédit à un taux d’intérêt intéressant.

 

Les prix affichés ne correspondent pas forcément aux prix réels des transactions.

En effet, les vendeurs, qu’ils aient recours à une agence immobilière ou qu’ils agissent seuls, prévoient souvent une marge de négociation.

Notre conseil : si, dans le secteur demandé, l’offre de biens est conséquente, une proposition à un prix inférieur aura plus de chances d’aboutir. L’existence de travaux nécessaires à l’habitat, par exemple, est un argument qui pourra être pris en compte pour faire diminuer le prix de vente d’un bien.

 

Comment bien acheter ?

Trouvez le meilleur crédit immobilier

Vous êtes libre de choisir l’établissement auprès duquel vous vous engagez, qu’il s’agisse de votre banque ou que vous passiez par un courtier en prêt immobilier, par exemple. L’objectif est de choisir l’organisme vous proposant le taux d’intérêt le plus faible.
Par conséquent, n’hésitez pas à contacter plusieurs établissements (en ligne via les outils de simulations disponibles ou en prenant rendez-vousavec votre conseiller bancaire) et à comparer les offres entre elles.

Anticipez sur les frais annexes

  • L’assurance du prêt immobilier : elle est systématiquement requise par la banque qui vous consent le prêt immobilier. Cependant, vous êtes libre de choisir l’organisme duquel la contracter (votre banque, une assurance, une mutuelle ou encore en passant par un courtier). Nous vous conseillons de faire jouer la concurrence en comparant les taux.
  • Les frais de notaire : non négociables, ils sont généralement compris entre 7 et 8 % du prix d’achat d’un bien ancien et entre 2 et 3 % du prix d’achat d’un bien neuf.
  • Les frais récurrents d’un propriétaire après l’achat : la taxe foncière, les travaux d’entretien du bien, l’assurance habitation ou encore les éventuels frais de gestion locative (dans le cadre d’un investissement locatif).

 

Faites-vous accompagner par un professionnel

Si vous êtes tout à fait libre de réaliser cette acquisition de manière autonome, il est tout de même conseillé, surtout dans le cadre d’un premier achat immobilier, de se faire accompagner par un professionnel de l’immobilier. Ses conseils en la matière, y compris d’ordre financier, administratif et juridique, pourront se révéler utiles !